On parle de doudous dans la presse.

Posted on

Voilà un article publié sur le site 20 Minutes:

Pourquoi les enfants ont-ils un doudou?

Nin-nin, peluche ou compagnon, peu importe comment s’appelle le doudou, pourvu qu’il soit là. Il peut prendre la forme d’un coin de couverture, d’un linge portant l’odeur de la maman ou plus communément d’un ourson au corps tendre, tout peut faire office de doudou, cet objet doux et réconfortant dont la majorité des enfants ne peuvent pas se passer. Mercredi 15 Avril 2015, une conférence était dédiée au doudou à l’université du quai Branly pour décrypter l’importance qu’il revêt aux yeux des enfants.

Combler la séparation avec le sein de la mère

Quand on est pédopsychiatre, on ne parle généralement pas de doudou, mais d’objet transitionnel, une notion élaborée par le Britannique Donald Winnicott, qui expliquait que le doudou assure la première transition entre le bébé et l’espace extérieur. En clair, il est là pour rassurer et réconforter l’enfant, en l’aidant à «combler la séparation avec le sein de sa mère», explique la philosophe Catherine Clément, animatrice de la conférence sur le doudou. Durant les premiers mois de sa vie, un bébé pense qu’il ne fait qu’un avec sa mère. C’est à l’âge de 4 à 6 mois qu’il réalise que ce n’est pas le cas.

Pour l’aider à surmonter ce sentiment de séparation, «il va se choisir un objet, n’importe lequel. Il peut n’avoir l’air de rien pourvu qu’il soit doux et donne de la chaleur», poursuit la philosophe. Le doudou va ensuite acquérir «une importance vitale à l’endormissement, et devenir un rempart contre l’angoisse». Il ne faut d’ailleurs pas longtemps aux parents pour identifier le précieux objet, qu’ils prendront soin d’emporter partout avec eux pour ne pas s’attirer les foudres de bébé et éviter les nuits blanches qu’un oubli pourrait provoquer. Ils s’efforceront même, contre mauvaise fortune bon cœur, de ne pas le laver trop souvent pour qu’il conserve son odeur si réconfortante pour l’enfant. Nombre d’entre eux, et à raison, iront jusqu’à acheter en double le doudou pour éviter le drame que causerait une perte éventuelle.

Pas d’âge limite
«Le doudou a la propriété miraculeuse de résister à tout, même à l’agressivité et à la destruction», souligne la philosophe. Personne ne la contredira: tout le monde connaît un enfant (ou a été cet enfant) qui s’est trimballé des années durant son doudou, au point de le transformer en un chiffon en lambeaux ou en une peluche borgne, voire privée d’une ou plusieurs de ses pattes.

Mais même réduit en pièces, il ne faut pas retirer son doudou à un enfant tant qu’il le réclame. «Pourquoi le leur enlever si ça leur fait du bien?», estime Catherine Clément. «Le doudou est un objet voué à un désinvestissement progressif. Il n’y a pas d’âge limite, certains enfants le conservent jusqu’à douze ou treize ans avant de s’en passer naturellement».

Pour retrouver l’article sur le site de 20 Minutes, c’est ici: http://www.20minutes.fr/societe/1588967-20150416-pourquoi-enfants-doudou


Interview de Karine Brulebois, créatrice de la marque de doudous Moncalin.

Posted on

doudous petits lapins mon calin mon doudou de france made in franceDepuis quelques jours, vous pouvez retrouver sur notre site, les doudous de la marque Moncalin.

Voilà une  interview de Karine, la créatrice de cette marque.

Pouvez vous vous présenter ?
Bonjour,
Je m’appelle Karine Brulebois, créatrice de Moncalin, une ligne de peluche, doudous et couvertures confectionnés en France.

Comment avez-vous décidé de vous lancer ?
La marque Moncalin a été lancée en 2006 à Los Angeles, USA. J’étais alors chasseur de tête dans l’hôtellerie de luxe mais l’idée de créer ma propre ligne de peluche me trottait dans la tête depuis longtemps.
Une décision basée sur une vraie passion avec une ligne directive: du mignon du craquant, du qualitatif et non pas du quantitatif avec une production faite main afin d’offrir de la « customisation » dans un monde de plus en plus standardisé.

L’histoire Moncalin a commencé par la création du Cat et du Pig. Tout d’abord avec un modèle en terre cuite, pour avoir un visuel 3 D, puis des heures d’ajustement des patrons pour obtenir le bidon bedonnant du Pig, le nez du Cat, le retombé des pattes, l’expression exacte, les couleurs qui vont les habiller…digne d’une session chez Christian Dior !
Finalement prêts pour le “Cat Walk” j’ai présenté les modèles Moncalin au salon de Los Angeles; ils plaisent et se vendent dans tout le pays; Dustin Hoffman demande des exemplaires pour mettre dans son film, Christina Aguillera choisit Moncalin pour accessoiriser la chambre de son bébé…

Puis en 2013, après 20 ans d’exil et le mal du pays se faisant ressentir je décide de rentrer en France. Beaucoup de mes clients Américains me suivent et j’installe un atelier en Bretagne.

Une petite présentation rapide de votre marque
Moncalin est composée de 3 gammes, Les Doudous les Peluches et Couvertures pour un total de 12 références, chacune déclinée dans une vingtaine de coloris.
C’est une ligne reconnaissable par ses formes épurées, douces et rassurantes, ses tissus d’une extrême douceur, ses coloris harmonieux et son rembourrage moelleux.
Chaque article a un sens logique et est en liaison avec le reste de la gamme pour un réconfort optimum de nos bambins.                             Doudou D’ou vient le nom Moncalin ?
Je consulte encore avec émotion mon carnet d’ébauches et je me souviens que lorsque j’ai trouvé le nom MONCALIN cela m’a paru être une évidence, une synthèse de ce que la ligne représentait; le réconfort visuel et tactile.

Où trouvez-vous votre inspiration ?
Les bébés animaux sont pour moi une source d’inspiration incroyable, leur expressions sont follement attendrissantes, je ne peux pas regarder un chiot, un bébé mouton sans m’émouvoir comme un enfant !
En ce qui concerne les coloris je m’inspire de tout ce qui m’entoure, j’aime assembler les couleurs. Je travaille aussi avec des décorateurs d’intérieur et m’inspire des défilés. Les couleurs Moncalins sont tendres harmonieuses et contemporaines.

Où et comment se passe la fabrication des doudous ?
Chaque Moncalin est méticuleusement confectionné à la main, en Bretagne, pour devenir un incomparable cadeau.
Tout d’abord il y a la découpe, puis la broderie, l’assemblage et la couture de toute ces pièces (plus de 30 pour le Cat), le rembourrage, et la finition à la main. C’est ce cocktail qui confère aux Moncalins leur design unique.

Quels sont vos projets ?
Pour le moment j’exporte la plus grande partie de la production mais j’espère conquérir le cœur de nos compatriotes:)

 

Merci à Karine, pour toutes ces réponses.doudou lapin bleu